blog

Adiu Mounde !

Adiu Mounde !

cop-de-pes.jpg


Ma volonté à travers ce site  est de construire une identité visuelle ou graphique pour la Gascogne car,

si faiblement vêtue, elle est de petite nature et risque à tout moment d’échanger sa

tenue contre celle bien plus étoffée et bichonnée d’une région voisine que j’adore

mais qui n’est pas mienne . Comme malheureusement l'habit fait, de plus en plus le moine,

je me suis attelé à la tâche avec un plaisir plus ardent chaque jour, comme si j'avais descendu

une malle pleine du galatàs (cave).

 



Ce site est là pour faire le lien entre notre culture moderne et notre culture ancestrale

pour mieux vivre notre présent

 

      

  

rugby13.jpg 

 

mettre un fond écran sur windows xp

Enregistrer l'image sur votre ordinateur

Puis faire

fond-ecran-xp.jpg

PUIS SUR

fond-ecran-xp-2.jpg

PUIS SUR

fond-ecran-xp-3-1.jpg

choisir l'image

D'Artagnan

Emission de radio 2000 ans d'histoire

beaucoup de documents sur la page au sujet de d'Artagnan


croix-gascon.gif

document Radio

mercredi 17 janvier 2007 « D'Artagnan en qui j'avais la plus grande confiance et m'était bon à tout. » Louis XIV Le 25 juin 1673, parmi les cadavres des 50 mousquetaires qui venaient d'être tué devant la forteresse hollandaise de Maastricht, Louis XIV reconnut celui de leur chef : Charles de Batz de Castelmore, plus connu sous le nom de d'Artagnan. Le roi en fut tellement affecté qu'il écrivit aussitôt à la reine : « J'ai perdu d'Artagnan en qui j'avais la plus grande confiance et m'était bon à tout » Puis, à l'insu de tous, Louis fit célébrer une messe dans sa chapelle privée en l'honneur de ce soldat qu'il avait fait Maréchal de camp et capitaine lieutenant de la première compagnie de ses mousquetaires. Mais l'histoire aurait sans doute oublié d'Artagnan si, 170 ans après sa mort, Alexandre Dumas n'en avait fait le plus populaire de ses Trois mousquetaires qui, comme chacun sait, étaient en réalité quatre.

drapeau Gascon

Voilà, je vous montre mon bébés encore drapé de son innocence, enfant de symboles gascon. Il attende, frémissant, les premiers regards, balayer lson tissus coloré pour voir si un jour il pourra arpenter le ciel, fier de son origine.
Laissez moi vous compter sa parenté. (pas pour faire le savant mais pour expliquer mes choix .)

J’ai réalisé une vidéo sur YouTube avec toute la recherche graphique cliquez ici

drapeau-gascouna-v2.png

Pour ceux qui préfère le Texte

Dans un lointain passé, on trouve au XIIe siècle, lors de la III eme croisade le sautoir gascon basé sur une croix de Saint André.. Le Pape l’aurait attribué pour rallier tous les croisés de Gascogne.
Même si l´origine de ce drapeau reste mystérieuse, il reste la première marche incontournable vers une nouvelle descendance. C’est ainsi que 
la croix de Saint André constitue l’épine dorsale de mon bébé.

drapeau-gasconha-bis.jpg

Les années se sont déroulés sans que la Gascogne brandisse de nouvelles bannières.

Bien sur, on peut trouver quelques parents éloignés. Ainsi, le blason donné par le roi Louis XIV pour l´enregistrement de la Gascogne à l´armorial général de France de 1696.

ecu-gascogne.jpg
Mais ce blason n´a que peu de sens historique. Malgré tout, il reste un lien visuel avec notre passé. Ce parent pourtant est resté dans l’ombre, comme un frère illégitime, fruit d’une démarche individuelle car l’héraldique est un code social qui situe un individu dans une société et l’étendard lui, a pour fonction de rassembler et d’unifier derrière une idée, une même volonté.

Par contre, il arrive parfois que la paternité dépasse les frontières. Comment refuser toute influence du drapeau basque avec une lignée si proche et une histoire qui parfois s’emmêle.Il saute au yeux que la structure du visage de mon drapeau en garde la marque visible.

Un autre parent plus proche a vu le jour : le drapeau du Conseil Régional d’Aquitaine : il s’agit d’une extension du logo sur toute l’étoffe. Le bleu représente l’océan, le vert les landes, le A graphique est l’initiale d’Aquitaine et a la forme de la côte mais le territoire d’Aquitaine reste très loin de celui de la Gascogne.


Il reste que l’idée de prendre des couleurs pour représenter une partie du territoire m’a parue une bonne démarche, simple et pragmatique, plus actuelle.
En un coup d’œil, la diversité gasconne s’affiche. J’ai donc gardé dans ses gènes,

le bleu pour la côte océanienne,

le vert pour l’intérieur des terres et la ruralité et une certaine douceur de vivre et enfin

le blanc pour nos vallées pyrénéennes.

Après la nature a repris ses droits et produit les derniers choix.


Ainsi, la croix des mousquetaires apparaît qui symbolise un certain caractère comme le dit Louis Puech dans Histoire de la Gascogne « Quand le sol natal est d’une 
fécondité médiocre, il faut bien aller vivre ailleurs, se faire une place dans le monde à force de ruse, de diplomatie ou de coups d’épée ; il est nécessaire de savoir s’adapter à tous les milieux et de se pousser par tous les moyens.Habitué à compter sur lui, obligé de trouver des ressources que son pays ne lui fournit pas, il s’ingénie et finit par réussir ». 
Hymne à tout les Gascons loin du pays.

croix-gascon-2.gif

J’espère ne pas avoir été trop long mais un père est toujours trop protecteur avec son enfant surtout si l’accouchement a été difficile.

MERCI ENCORE

stickn44.jpg

livre chevalier Barbasan

cop-de-pes.jpg ---------------------------     LIVRE HISTORIQUE   -------------------------------------- base-croix-gasconnen.jpg

Je commence la série par ce livre car j'ai toujours aimé la chevalerie et donc aussi l'histoire. Ici, un régal car on parcourt avec le personnage une période complexe ( guerre de 100 ans) de sa jeunesse en Gascogne jusqu'à sa mort au combat à l'âge de soixante et onze ans. Ce n'est pas rien, d'ailleurs le roi Charles VII le fait inhumer à saint-Denis. Si après cela vous ne lisez pas le livre !! 

sans-titre-1.jpg

Un petit lien sur un site qui propose des informations plus prècises

http://www.passion-bigorrehp.org/histoire-arnault-guilhem.html

collectif-arnaud-guilhem-de-barbezan-livre-927410343-ml.jpg

chronique de la vie d'un chevalier gascon (1360-1431)

PS je n'ais pas lu , pour l'instant le segond livre 

image-arnault-guilhem-de-barbazan-m.jpg

Description

Souvent, celles et ceux qui font l’Histoire en sont aussi les victimes. Ce fut le cas de Jeanne d’Arc comme celui de notre héros, le Chevalier Arnaud-Guilhem de Barbazan.  Ce qui les sépara dans leurs destinées, ce fut la notoriété. Celle de Jeanne d’Arc est immense et pérenne alors qu’Arnaud-Guilhem de Barbazan fut oublié par l’Histoire officielle, bien qu’inhumé à Saint-Denis aux côtés des Rois de France.

C’est pourtant l’essentiel qui les rapproche : acteurs  déterminants de la guerre de cent ans, guidés par un grand stratège, Yolande d’Aragon, ce sont eux qui portent Charles VII vers la victoire.

Nous suivrons pas à pas dans ce livre, écrit à quatre mains par les auteurs de « Qui à tué Agnès Sorel ? », Henri Bontemps et Luc Portier, la vie et les aventures extraordinaires du Chevalier de Barbazan.  

Tout en proposant avant tout un roman d’aventures, les auteurs n’en respectent pas moins scrupuleusement la vérité historique. Nous y rencontreronsl’Empereur  de Byzance Manuel II, côtoierons le terrible Tamerlan, qui ornait l’entrée de ses palais des crânes de ses ennemis, puis, à travers l’Europe , le récit nous replongera dans la plus longue guerre de l’Histoire .Barbazan et son fidèle lieutenant Blignac   lutterons farouchement contre les espions anglais et leur mystérieux chef. Ils iront sur l’ordre de la Reine Yolande d’Aragon  rencontrer Jeanne d’ Arc.

Mais là ,c’est le secret….

Un roman d’aventures haletant, à lire d’un trait …

http://www.regaindelecture.com/product/BARBAZAN-Henri-BONTEMPS-Luc-PORTIER

Histoire de la gascogne

carte-gascogne-1.jpg

Je suis Gascon;  j'en ai pris conscience très tardivement et de surcroit, par hasard. Travaillant à Paris depuis l'age de 27 ans,  je n'étais toujours bien débrouillé avec mon accent et mes drôles de mots qu'ici, j étais le seul à utiliser et à comprendre. Attention,  je ne parle pas Gascon, je n'ai pas cette chance...Mon père, instit à la campagne a suffisemment filé des torgnoles aux gosses qui oubliaient leur patois en classe pour qu'il m'apprenne. Alors, l'histoire de la Gascogne vous parlez d'un truc.....

Le jour ou j'ai pris connaissance de cette histoire spécifique,  j'étais en colère, oui en colère, pas un prof pas une personne m'avait soulevé le tapis d'indifférence qui recouvre cette région qui m'avait vue grandir ( un peu dur le mec ) . On m'a toujours dit que pour bien construire son futur, il fallait connaître son passé . Je vous dirige sur un site qui nous propose quelque pages très bien réalisées sur l'histoire de la Gascogne.

Merci à Cristau de Hauguernes pour son superbe travail. 

un second site  avec un découpage diffèrent des periodes de l' histoire Gasconne du musée de Mimizan

....................................

la Crotz deu larèr

base-croix-gasconnen.jpg

la Crotz deu larèr

La croix d’or florencée et flammée d’or sur fond rouge, est un emblème pan-gascon fédérateur. Elle évoque le foyer, lo larèr, des maisons familiales, si importantes en pays gascon. On peut la nommer la Crotz deu larèr


texte de l'équipe du Conservatoire du Patrimoine de Gascogne


La Gascogne, qu’est-ce que c’est ?
C’est un ensemble de principautés, comtés et vicomtés qui, depuis le XIIe siècle, parlent une langue, le gascon, « sans doute l’aînée des langues romanes, constituée par du bas-latin appliqué sur un substrat euskarien » dans une aire géographique qui englobe, du nord au sud : le Médoc, le pays de Buch, le Bazadais, les Landes, le Labrit, le Marsan, le Maransin, la Chalosse, l’Armagnac, la Lomagne, l’Astarac, la Save, le Couserans, le Comminges, le Béarn et la Bigorre. On est loin de la perception des Français qui, pour les plus avertis, situent la Gascogne dans le seul département du Gers !

Le drame de la Gascogne, c’est qu’au moment où le territoire national se couvre de blasons et d’armoiries, au XIIe siècle, la Gascogne n’existe plus comme entité provinciale. Par bonheur, la pierre épigraphique d’Hasparren atteste de l’ancienneté des Vascons qui, au nom des peuples de la Novempopulanie, demandent à Rome d’être séparés des peuples celtiques, au IIIe siècle après J.C. La mort de Garsie-Sanche, chef des Vascons-Gascons, en 920, sonnera le déclin de l’autorité dynastique, pendant deux siècles. Et le Conservatoire de souligner, avec raison : « C’est insuffisant pour construire une conscience nationale solide ». Pas enseignée dans les Écoles républicaines, menacée dans sa langue, malmenée par l’Histoire, la Gascogne « souffre de ne pouvoir se rassembler autour d’un drapeau symbole d’une nation ». Même les grands médias nationaux l’ignorent et la traitent d’Aquitaine, Sud-Ouest, Midi-Pyrénées, Sud de Garonne. Aujourd’hui, quiconque n’ignore le pays Alsacien, Basque ou Breton, mais le Pays Gascon, çà commence et çà finit ou ?

Notre société est abreuvée d’images : logos, sigles et visuels pour les produits, firmes, villes et régions. Pourquoi ne pas identifier notre Pays à un emblème significatif qui fédérerait toutes les volontés identitaires ? D’origine historique, inédit, esthétique et facilement mémorisable, « cet emblème serait évocateur de l’identité gasconne » 
Il est temps de réagir et de proposer un symbole « qui serait favorablement perçu par l’ensemble de la population gasconne ». La naissance de cet emblème réunificateur a été laborieuse et, après vingt-neuf maquettes, la « Croix Gasconne » s’est formée à partir d’une vision de la casaque de la Première compagnie des Mousquetaires, commandée par d’Artagnan, qui réunissait croix de Gascogne et flammes des pays qui la composent. Restait à peaufiner la symbolique pour éviter les connotations religieuses et politiques. On observe que le centre de la Croix est laissé libre pour que chaque partenaire culturel, acteur de la vie économique, producteur régional, particulier, puisse apposer son blason de pays, logo de ville ou d’association, mais aussi sa marque, son label ou texte économique. Ainsi, l’identité de la Gascogne « ne se réduit pas à son seul patrimoine culturel mais participe à un ensemble dynamique d’activités ».


etoile-v-5.jpg

  Pour les héraldistes, voici la description de la Croix Gasconne : «Croix d’or à quatre branches d’égale longueur dont les extrémités se terminent en profil florencé, accompagnée de douze flammes d’or réparties par trois aux intersections des branches ». croix-gascon-2.gif