sapin

L'avet de Nadau - Le sapin de noël

L'avet de Nadau

- Le sapin de noël - 

Conte gascon sapin3


Vieux conte de Noël d’Amérique du Nord. Traduction en Occitan de Gascogne par Miquèu Baris,, au cours d’une promenade contée organisée par les Guides-Conférencières de l’Office de Tourisme de Bayonne, dans les sous-sols des casemates de la ville.


L’avet de Nadau. (français après le gascon)

Que i a hòrt longtemps d’aquò, un auseròt que’s petè l’ala tot escaç com l’ivèrn arribava. Ne podó pas esparvolà’s de cap au mijorn, e que sauteriquè dens lo bòsc endé’s cercar un acès.
Purmèr, que’s demandè ajuda ad un bedoth :
- Bedoth berogin, que’m soi petat l’ala, e que’m cau trobar ua plaça endé damorar a la calor. E’m deisharés víver dens las toas brancas dinc a la prima ?
- Solide que non, ce responó lo bedoth. Qu’èi plan pro de chepic de m’aucupar de las mias huelhas l’ivèrn tendent. N’èi pas lo temps de m’aucupar de tu !
Lo praube auseròt que tortegè de cap ad un vèrn :
- Vèrn berogin, ce pleitegè l’auseròt, e poderí víver dens las toas brancas dinc a la prima ?
- E vòs arríder, ce responó lo vèrn ? Bilhèu que d’auts arbes e disen quiò aus estrangèrs, mes pas jo, solide. Vè’i te’n !
L’auseròt que sauteriquegè dinc ad un casso deus mei grans :
- Ò casse poderós, ce disó cortesament, e’m deisharés víver dens las toas brancas dinc a la prima ?
- Segurament pas, ce responó lo casse. Que coneishi las gents de la toa sòrta. Que’t minjarés tots los mens aglands. Vè-i te’n ! Vè-i te’n !
Feble e getat de pertot, l’auseròt que voletegè un chic mèi luenh, shens saber on anar.
- On vas, auseròt, ce demandè ua votz atencionada.
L’auseròt que s’espiè l’avet de l’aire amistós, qui l’ahupava atau :
- N’ac sèi pas, ce disó miserablament. Que’m soi petat l’ala e ne pòdi pas voletejar de cap au mijorn. Qu’èi besonh d’ua plaça a la calor endé’m passar l’ivèrn.
- Vien víver dens las mias brancas, ce disó l’avet, que serèi urós d’aver companhia per l’ivèrn.
L’auseròt que voletegè dab gratitud de cap ad ua branca baisha. Que n’èra a s’installar, quan un pin mèche vesin e l’aperè :
- Siis lo planvienut, auseròt. Que soi desolat que siis blaçat. Que’t vau ajudar jo tanben en acessar l’avet endé’vs protegir tots los dus deus vents glaciaus de l’ivèrn.
- Jo tanben, ce disó de la soa petita votz un ginebreròt. Que’t vau ajudar en te balhant las mias granetas de minjar tot de long de l’ivèrn.
- Jo tanben, jo tanben ! ce suberdisó un gratacuu qui èra totun acostumat de balhar la gratèra a’us qui s’apressavan d’eth.

- Qu’ètz vertadèrament berogins, ce disó l’auseròt. Que’vs mercegi hèra.
- Qu’ac van arregretar ! ce marmusèn en marronant lo bedoth, lo vèrn, e lo casse…
Mes lo matin seguint, lo Jagues lo Glaç que sortí dab los sons dròlles ende’us menhar divertí’s.
- Que vam tocar totas las huelhas de tots los arbes deu bòsc. Atau, que vederam de qué se semblan los arbes quan son tots nuds…

- Papà ! Papà ? E pòdem ? E pòdem ! ce demandèn los dròlles deu Jagues lo Glaç en sautant d’excitacion.
- Un moment, ce disó lo Jagues, qui avè hèit un torn la velha e qui avè vist çò qui èra arribat a l’auseròt. Ne tòquitz pas aus arbes qui son estats berogins dab l’auseròt…
Com los dròlles deu Jagues lo Glaç èran dròlles berogins, qu’arrespectèn las consignas deu pair. Qu’es pr’amor d’aquò que l’avet, mes tanben lo pin mèche, e medish lo ginebreròt e lo gratacuu e’s conservèn las agulhas e los bròcs, pr’amor qu’avèn arcuelhut l’auseròt de l’ala petada.
Qu’atz aquí perqué l’avet es uei l’arbe de Nadau, generós e emparadèr, adarron deu quau e s’amassam e hèm la hèsta !


Le sapin de Noël


Il y a longtemps de ça, un petit oiseau se cassa l’aile juste quand l’hiver arrivait. Il ne put voler vers le sud, et sautilla dans la forêt pour chercher un abri.
D’abord, il demanda de l’aide à un bouleau :
- Ravissant bouleau, j’ai cassé mon aile, et il faut que je me trouve une place pour rester au chaud. Me laisserais-tu vivre dans tes branches jusqu’au printemps ?
- Sûrement pas, répondit le bouleau. J’ai bien assez de soucis à m’occuper de mes feuilles pour l’hiver. Je n’ai pas le temps de m’occuper de toi !
Le pauvre oiseau boita jusqu’à un vergne (saule) :
- Gentil saule, implora l’oiseau, puis-je vivre dans tes branches jusqu’au printemps ?
- Tu plaisantes, répondit le saule. Peut-être que certains arbres acceptent les étrangers, mais sûrement pas moi. Va-t’en !
Le petit oiseau sautilla jusqu’à un immense chêne :
- Puissant chêne, dit-il poliment, me laisserais-tu vivre dans tes branches jusqu’au printemps ?
- Sûrement pas, répondit le chêne. Je connais les gens de ton espèce. Tu mangerais tous mes glands. Va-t’en ! Va-t’en !
Faible et rejeté, l’oiseau voleta un peu plus loin, ne sachant où aller.
- Où vas-tu, petit oiseau, demanda une voix attentionnée.
L’oiseau regarda le sapin à l’air amical, qui l’interpellait ainsi.
- Je ne sais pas, dit-il misérablement. Mon aile est cassée et je ne peux pas voler au sud. J’ai besoin d’une place au chaud pour passer l’hiver.
- Viens vivre dans mes branches, dit le sapin, je serais ravi d’avoir de la compagnie pour l’hiver.
L’oiseau voleta avec gratitude vers une branche basse. Il était en train de s’installer, quand un pin parasol voisin l’appela :
- Bienvenue, petit oiseau. Je suis désolé que tu sois blessé. Je vais t’aider aussi en abritant le sapin pour vous protéger tous les deux des vents glaciaux de l’hiver.
- Moi aussi, dit de sa petite voix, un petit genévrier. Je vais t’aider en te donnant mes baies à manger tout au long de l’hiver.
- Moi aussi, moi aussi ! surenchérit un « grattecul », un églantier, qui avait pourtant l’habitude de donner des démangeaisons à ceux qui l’approchaient.
- Vous êtes très gentils, dit l’oiseau. Merci beaucoup !
- Ils vont le regretter ! murmurèrent en râlant le bouleau, le saule, et le chêne…
Mais le matin suivant, Jack le Gel sortit avec ses enfants pour les emmener jouer.

- Nous allons toucher toutes les feuilles de tous les arbres de la forêt. Comme ça, nous verrons à quoi ressemblent les arbres quand ils sont tout nus…
- Papa ! Papa ! On peut ? On peut ? demandèrent les enfants de Jack le Gel en sautant d’excitation.
- Un instant, dit Jack, qui avait fait un tour la veille et avait vu ce qui était arrivé au petit oiseau. Vous ne touchez pas aux arbres qui ont été gentils avec l’oiseau…
Comme les enfants de Jack le Gel étaient de gentils enfants, ils respectèrent les consignes de leur papa. C’est pourquoi le sapin, mais aussi le pin parasol, et même le genévrier et le « grattecul » conservèrent leurs aiguilles et leurs épines, car ils avaient accueilli le petit oiseau à l’aile cassée.
Voilà pourquoi le sapin est aujourd’hui l’arbre de Noël, généreux et protecteur, autour duquel nous nous réunissons et nous faisons la fête !