Ecu gascon

  • Par boyvil
  • Le 21/10/2017
  • Commentaires (0)

 

Ecu Gascon

ou

 Armoiries du Pays Gascon


cliquez sur l'image pour l'avoir en grand


Après de très nombreux essais théoriques et graphiques, nous vous faisons part de nos réflexions 

1) Ces armoiries, marqueurs d’identité pouvant convenir à toutes les situations, sont nécessairement composites. Le duché de Gascogne avait disparu (en 1032) avant que les bases de l’héraldique européenne n’aient été stabilisées (site Héraldique européenne). Il n’y a donc pas d’armes adoptées pour la Gascogne intègre. Restent donc les armes des « pays », quels qu’aient été leurs statuts respectifs, pays composant ou héritiers de la Gascogne jusqu’à 1694 (Armorial général de France) et 1719, date de la création de la Généralité d’Auch qui reconstituait une (petite) Gascogne administrative et dotait celle-ci d’armes qui jouissent toujours d’une réelle estime locale et qui, au moins à ce titre, ne peuvent être oubliées.

2) Quelles sont donc les armes des pays à retenir, comment les placer sur la table de l’écu de Gascogne ?
Nous avons choisi, en accord avec de classiques principes héraldiques et avec le bon sens, de retenir les principaux pays historiques, en gros duchés et comtés du XIIe au XVIe siècle :
- le duché d’Aquitaine, ensuite appelé Guyenne : il représente tant le nord (actuels Bordelais et Agenais « guyens ») que l’ouest (l’Aquitaine sous suzeraineté « anglaise » jusqu’en 1453) de la Gascogne. À ce titre sa place est naturellement en haut et au milieu de l’écu (« chef et cœur ») ;
- en dessous de lui, viennent deux représentations de deux pays phares : le Béarn et l’Armagnac (celui-ci représentant d’autres pays mineurs souvent et de plus en plus rattachés à lui), dont la position à gauche et à droite de l’écu (« dextre et senestre » pour le porteur) tiennent compte du positionnement géographique. IIs doivent cette position à leur rayonnement historique, du reste très longtemps antagoniste.
- en dessous encore, de gauche à droite pour l’observateur (comme ils le sont d’ouest en est), l’ensemble Albret-Marsan (représentant à eux deux à peu près toutes les Landes actuelles et au-delà) et la Bigorre.
Enfin, vers la pointe de l’écu, comme ils se trouvent géographiquement dans le sud pyrénéen), deux pays qui comptent beaucoup pour la Gascogne, Commiges et Couserans, auxquels se rattache le Val d’Aran, représenté par sa clef en pointe de notre écu.

3) Comme emblème ou « meuble » unificateur, nous avons adopté la croix de Gascogne (Crots dou larèr), pendant symbolique parfait au lauburu basque, à la croix de Toulouse occitane, à la croix de sant Jordí catalane, au rozon arpitan, etc. Historiquement connue surtout par les compagnies de mousquetaires gascons (donc tout à fait « héraldico-compatible ») elle rappelle aussi des motifs de notre art populaire et colore en tous cas notre blason d’une flamme d’espérance

Ecu gasconha

V base ok

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau