LES CAPITALES DE LA GASCOGNE

  • Par boyvil
  • Le 20/05/2017
  • Commentaires (0)

LES CAPITALES DE LA GASCOGNE (première partie)

Par Guilhem Pepin

Qu’elles-furent les capitales successives de la Gascogne ?

Tout d’abord ce fut Eauze (en latin Elusa), une ville de l’Armagnac et de l’actuel département du Gers, qui fut la capitale de la province romaine de Novempopulanie (« la province des Neuf Peuples ») à partir de la création de cette dernière au début du IIIe siècle. Avec l’établissement de la religion chrétienne, elle devint le siège métropolitain de la province et fut donc la résidence des archevêques d’Eauze. Peu de choses subsistent de nos jours de cette époque faste à Eauze : on a retrouvé des stèles gravées romaines et surtout, en 1985, le trésor romain d’Eauze. http://www.elusa.fr/musee-d-archeologie-d-eauze

18491751 10102086545303649 8831905597053406172 o

La ville d’Eauze fut détruite par les Normands ou Vikings au cours du IXe siècle et elle ne s’en releva véritablement jamais, si bien que le siège métropolitain fut transféré à Auch en 879 (l’évêque d’Auch devenant archevêque). Auch devint donc la capitale religieuse de la Gascogne (en latin Wasconia) et le resta jusqu’en 1802.

La capitale politique du duché de Wasconia (la Gascogne) était au IXe siècle, selon un géographe arabe contemporain, la ville de Dax (1). Des deniers furent frappés à Dax au nom de l’empereur Louis le Pieux (814-840), fils de Charlemagne, avec le nom de la ville sous cette forme : Aquis Vasconie, « Aix de Gascogne » (Ax ou Acs en gascon), pour la différencier des autres Aix de l’empire carolingien (Aix-la-Chapelle ou encore Aix-en-Provence). Le nom actuel de Dax provient de la fusion entre l’article défini (d’) et le nom de la ville (Ax). Cette ville a probablement perdu son rang à cause des ravages causés par les Normands ou Vikings au cours de ce même siècle. Il est à souligner qu’au XIIIe siècle la cour judiciaire de Dax concernait l’ensemble de la Gascogne sous autorité du roi d’Angleterre (y compris le Béarn), ce qui pourrait être une trace de cet ancien rôle.

Les invasions normandes (ou vikings) avaient désorganisé l’ensemble de la Gascogne occidentale. Il fallut que le duc-comte des Gascons Guilhem-Sans les battent à la bataille de Taller dans les Landes pour que la Gascogne soit libérée de ce fléau. En remerciement de cette victoire, Guilhem-Sans fonda l’abbaye de Saint-Sever en 988. Ce dernier et ses deux fils résidaient au palais voisin du Palestrion qui devint ensuite le château de Monlanne (déformé en Morlanne par la suite). On s’aperçoit clairement de l’importance de l’abbaye et du palais de Saint-Sever sur la mappemonde du célèbre Beatus de Saint-Sever. Elle fut de facto la capitale du duché-comté de Gascogne jusqu’en 1032 voire même après, et elle en garda le surnom de « caput Vasconie », (capitale de la Gascogne, première mention dans un acte de 1209) (2), encore employé de nos jours (cap de Gascogne). La thèse selon laquelle « cap de Gascogne » signifierait que cette ville gasconne est sur une éminence surplombant la frontière du Béarn (situé à 30 km tout de même !) n’est pas soutenable.

Tresor eause oTresor eausenDaxo

(1) Clémens, J., « Dax, capitale de la Gascogne au IXe siècle selon Al-Himyari », Bulletin de la Société de Borda, 385 (1982), p 17-34.
(2) Chartes et documents hagiographiques de l’abbaye de Saint-Sever (Landes) (988-1359), Texte édité, traduit et annoté par Georges Pon et Jean Cabanot, tome I, Dax, 2010, p 382 : « ab abbate Sancti Severi, capitis Vasconie » (1209).

LES CAPITALES

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau