Los mòts deu surf.

 Los mòts deu surf.

 de Miquèu Baris

 

Espatiflono

 

 

    

 

 

    

Lou canet

 

 

Los mòts deu surf.

 

     Au moment on e’m cercavi lo subjècte de la mia croniqueta mensuau, e on n’avèi pas mei nada idea, un correspondent ahuecat que m’a balhat l’idea de parlar deu surf, un espòrt hèra de mòda au jorn de uei, e qui n’am pas james tractat ací.

     Que’n devi l’idea au Gerard B., de Sent-Jan-de-Marsac, e que m’ac èi amassat tau com èi podut. Pardí, la sason qu’es bona, e dab lo bèth temps tornat, ne vam pas tardar a véder tornar tanben aqueths toristes qui balhan un chic de vam ad ua sason qui s’anonciava sorna…

     Per començar, que vam « aviar », o « gahar l’aviada », es a díser « descolar » o « enlairà’s », ns’enviar en l’aire.

     Mes que cau s’i avisar, que’s pòden autanlèu gahar la cabussada, « wipe out » en anglés, o préne’s un « espatarrat » o un « pohom ». Se tomban suu cuu, qu’es ua « espaternada ». E se tomban a plat, que « s’espatiflan ». Se caden suu nas que « s’esmostan ». Pr’amor que i a mantua faiçon de tombar o de càder…

 

     La cordeta, la « leash » en Anglés, dab la quau e damoram estacats a la pòst, endé ne pas aver a nadar, o a « banhar » d’un costat o de l’aut endé’s tornar tot amassar, qu’es ua « cordilha » o ua « estaca ».

     Lo « curl », qui s’a balhat lo nom a la celebra mèrca de surf, que’s diseré en Francés lo « tube », e pr’aquò, que caleré privilegiar en Gascon lo « canèth ».

     Enfin, lo « bodysurf », es a díser « eslurrà’s », o « eslissà’s » dab lo còs, que’s poderé bilhèu arrevirar per « eslurracòs ».

 

     Mes n’ètz pas obligats de’m seguir sus aqueth camin ! Que poirétz a bèths còps càder suu nas… E puish, s’atz d’autas ideas, que podetz las partatjar…

     Qu’es tot lo mau qui’vs desiri.

 

     Miquèu Baris

 

LES MOTS QUI CONVIENNENT…

 

N° 30

 

Les mots du surf.

 

     Au moment où je cherchais le sujet de ma petite chronique mensuelle, et où je n’avais plus d’idée, un correspondant enflammé m’a donné l’idée de parler du surf, un sport bien à la mode aujourd’hui, et que nous n’avons jamais traité ici.

     J’en dois l’idée à Gérard B., de Saint-Jean-de-Marsacq, et je me suis débrouillé comme j’ai pu. Pardi, la saison est bonne, et avec le beau temps revenu, nous n’allons pas tarder à voir revenir ces touristes qui donnent un peu d’élan à une saison qui s’annonçait morose…

Espatiflono

     Pour commencer, nous allons « abia » (ouvrir) ou prendre notre envol, c’est-à-dire « décoller », ou nous envoyer en l’air.

     Mais il faut faire gaffe, nous pouvons aussitôt prendre la « cabussade », « wipe out » en anglais, ou prendre un « espatarrat » ou un « pouhoum ». Si nous tombons sur le derrière, c’est une « espaternade ». Et si nous tombons à plat, nous nous « espatiflons ». Si nous tombons sur le nez, nous nous « esmoustons ». Parce qu’il y a plusieurs façons de tomber ou de choir…

     La cordelette, la « leash » en Anglais, avec laquelle nous restons attachés à la planche, pour ne pas avoir à nager (« bagna ») d’un côté ou de l’autre pour tout ramasser, c’est une « courdille » ou une « estaque ».

     Le « curl », qui a donné son nom à la célèbre marque de surf, se dirait en Français le « tube », et pour cela, il faudrait privilégier en Gascon « lou canèt ».

     Enfin, le « bodysurf », c’est-à-dire « eslurra’s » ou glisser avec son corps, nous pourrions peut-être le traduire par « eslurrecos ».

     Mais vous n’êtes pas obligés de me suivre sur ce chemin ! Vous pourriez parfois tomber sur le nez… Et puis, si vous avez d’autres idées, vous pouvez les partager…

     C’est tout le mal que je vous souhaite.

 

     Miquèu Baris

     Contact : mbaris-oc@orange.fr

 

Lo surf

 

  

mots de surf surf parler gascon

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau