Tu as dis Gascogne ?

Voir autrement

Voir autrement


Mais quel est donc se batiment ?

Cliquez sur l'image pour la voir en grand !!

la fontaine de Samatan 

Biz samatan2

Biz samatan3

Biz samatan6

Placa de la hont

 

Puzzle visuel 2

Création d' un Puzzle visuel avec des monuments historiques de la Gascogne pour voir autrement motre patrimoine.


Retrouvez les monuments utilisés

Auch et..........?

cliquez sur l'image pour l'avoir en grand


Biz 16

chateau de bellocq

Chateau de bellocq

Autocollants gascouns

51 Autocollants pour promouvoir la  Gascogne.

Autocollants Rectangulaires

84 x 55mm

 

Pourquoi 51 ???? car l'abus Autocollants n'est dangereux pour la santé


Cliquez sur les images pour voir plus grand.

.Page n1-Page n2-Page n3

Page n4-Page n5-Page n6


 

Une Croix blanche pour le drapeau Gascon

Mon argumentation a pour but de montrer que la croix blanche est le symbole d’un lien fort entre le parti français et la Gascogne et que ce symbole fort jalonne notre histoire.

Dgascon1 1--D gascon2

 

Les croisades instaurent la coutume de se distinguer au combat par des croix de couleurs différentes, croix qui pour des raisons pratiques se réduisent bien souvent à des doubles sautoirs. À la croix guerrière est associée la figure de saint Michel « capitaine des armées célestes ». Invoquer pour son camp l'archange combattant Satan est une manière d'insulter son ennemi sinon de l'envoyer symboliquement au diable. Apparition de la croix blanche : La première mention date de 1355 pour les troupes françaises dirigées par le comte d'Armagnac, alors lieutenant (vice-roi) du roi de France dans la langue d'oc. Et il combattait le parti des " Anglo-Gascons " la croix blanche est utilisée pour faire face à la croix rouge des anglais sans être un symbole gascon. On peut dire que la croix blanche est adoptée par une armée en partie gasconne et commandée par un gascon pour servir le roi de France. 

 

Dans le livre la Gascogne d’Armand Praviel (p36) il dit que Jean 1 d’Armagnac levait une armée aux casaques écartelées d’une croix blanche pour s’opposer au comte Derby autour de 1344 et sauver la Gascogne

Bernard d armagnac

A voir aussi Figure d’Azincourt, le 25 octobre 1415

Voir aussi le site le roi Charles VII devant Tartas http://journeedetartas.blogspot.fr/2009/06/

Clipboard01

Les Anglais ne peuvent laisser la place de Tartas à l’ennemi, dans une région dont ils sont les maîtres.

On retrouve la croix blanche sur les tenues des soldats de la Hire qui combattait les anglais ex Bataille de Jargeau 1429  avec Jeanne d’arc

Jargeau martial d auvergne 1508

Dans le livre la Gascogne,  Armand Praviel (p43) nous dit que l’armée de Jeanne est l’ancienne armée du connétable Bernard VII avec les capitaines gascons très célèbres, le Hire ,Xaintrailles, et Barbazan qui va être très influant et qui a pour Armes «D’azur, à la croix d’or» puis la famille Castelbajac-Barbazan d’azur, à la croix alaisée d’argent accompagnée en chef de trois fleurs de lys d’or»

Barbazan 3

Mêmes infos à l’adresse suivante  Connaissance de Jeanne d'Arc http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k58317133/f26.image

A voir si les "français "utilisaient la croix blanche avant 1344 je ne pense pas 

Il me semble que l’on peut dire que même si la croix blanche n’est pas un symbole gascon, elle est incontestablement un signe de reconnaissance qui va être portée par de très valeureux gascons tout le long de leur vie. Peut-on dire que cette marque reflète notre participation active à étendre les terres du roi de France et par conséquent la construction du territoire français. Il me semble que par toutes ces actions la Gascogne s’intègre au territoire actuel, ses hommes d’armes combattant plus pour le roi de France que pour notre Gascogne.

Je n’ai pas encore étudié toute les pistes possibles mais avec la fin de la guerre de 100 ans la croix blanche est abandonnée. Seuls les Lansquenets  suisses gardent la croix blanche sur fond rouge ou parfois  une croix rouge. On peut aussi retrouver cette croix blanche sur fond rouge de l’ordre de malte qui parfois aborde une croix blanche.

Ordre de malte--Ordre grand siege3

Charles Philippe Larivière Levée du siège de Malte assiégé par le général ottoman Mustapha, en septembre 1565

Le blanc est abandonné par le roi de France qui lui préfère la couleur bleue. On remarque cependant que louis XII et François I utilisent le blanc mais uniquement pour les guerres en Italie. Vers 1480 Naissance des bandes de Guyenne qui, réunissant Basques et Gascons au service du roi de France, se distinguent à Marignan sous les ordres du chevalier Bayard. D’ailleurs 1 des tableaux qui montre Bayard à Marignan faisant François I chevalier habille le roi de blanc ou place une écharpe blanche sur Bayard. Hasard peut être !

On voit par exemple François I tout en blanc adoubé après le bataille Marignan.  

Bayard 2    Francoi 1

L’apparition du blanc pour une couleur royale se fait par Henry IV lire Petite histoire du drapeau français de Bernard RICHARD qui part à la guerre avec sa cornette blanche et son écharpe blanche puis son fameux panache blanc (lire les photos du texte du livre)

Dsc 0095-Dsc 98-Dsc 99

 

 Comme on peut le lire sur le site du ministère de la défense (http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/fr/le-5eme-regiment-dinfanterie-navarre)

Vers 1558 la formation du régiment des Gardes du Roi de Navarre, dont le premier chef de corps est le futur Henri IV fait suite aux bandes de Guyenne qui, réunissant Basques et Gascons au service du roi de France vu juste avant. Le régiment se bat contre les catholiques lors des guerres de religion. Les victoires d'Arques et d'Ivry lui ouvrent les portes de Paris. Le seul roi de France gascon commence donc son ascension vers le pouvoir sous une bannière ornée d’une croix blanche sur fond grenat. Il ne sera pas le seul gascon célèbre à combattre pour la France sous ce symbole

King henry iv of france325 001E73ce445-77 5 fraise mauzaisse henri iv 1-

5 france navarre-57 1_6 france armagnac

Les Hommes célèbres de Gascogne

  

  • Blaise de Monluc (1500-1577) fut soldat à 16 ans, servit sous les ordres de Bayard puis s'illustra dans l'infanterie avec le grade de colonel-général. Fait maréchal de France par Henry III, il laisse le souvenir d'un écrivain remarquable et d'un "soudard sans moralité".

1540 1

 

  • Jean de Lavardin (1551-1614) compagnon d'enfance du futur Henri IV, il sert tour à tour ce prince et la Ligue. Rallié au nouveau monarque, il est promu maréchal de France en 1595. Il finit sa vie comme ambassadeur en Angleterre.

 

  • Pons de Thémines (1553-1627) combattit de bonne heure contre les Calvinistes puis contre la Ligue pour le compte du roi de France. Nommé maréchal de France en 1616, il meurt onze ans plus tard, devenu lieutenant-général de Guyenne et de Bretagne.

 

  • Jean d'Estrées (1624-1707) obtint la charge de colonel du régiment de Navarre à 23 ans. Fait prisonnier des Espagnols au siège de Valenciennes(1656), il reprend du service après onze ans de captivité en tant que lieutenant-général des armées navales, chargé de défendre les intérêts français en Amérique. Il devient maréchal de France en 1681 et vice-roi d'Amérique cinq ans plus tard.

Francois annibal d estrees

 

Par la suite le blanc avec Louis XIII et Louis XV laisse sa place au bleu comme symbole de royauté on retrouve la croix blanche sous une forme légèrement transformée ou déguisée qui est la croix flammée des Mousquetaires blanche sur fond bleu. Dans le livre Les mousquetaires ou la violence d'Etat ses troupes de l’élite doivent inspirer la peur. « Remarqué en diverses occasions que la seule vue de cet illustre Corps jetait la terreur parmi les ennemis, ce qui arriva à la Bataille de Montcassel on jugea à propos de leur donner un habillement distingué qui les fit reconnaître au premier coup d’œil.. » d’où le choix de cette croix blanche flammée

 

Remi masson les mousquetaires ou la violence d etat 1Croix gascon 1

 L’auteur ne va pas plus loin dans l’analyse de ce choix mais cette renaissance de cette croix blanche comme choix de symbole pour une compagnie qui est majoritairement Gasconne comme on peut le lire sur le site http://www.lemondededartagnan.fr/SITE/FRA/mousquetaires_chap01.htm renforce le lien entre les gascons et cette croix blanche

 « On entrait très jeune chez les mousquetaires, c’est-à-dire aux alentours de seize ou dix-sept ans et une bonne recommandation était souhaitable ainsi que - comme l’on fait remarquer de nombreux chroniqueurs - un lignage gascon ou béarnais qui ouvrait plus facilement les portes… Cette tradition remontait déjà aux Carabins qu’Henri IV avait recrutés parmi ses fidèles sujets de Navarre. Elle se maintient pendant pratiquement tout le XVIIe siècle, dans la Compagnie des Mousquetaires. » ou encore « (…) les Gascons demeurent en force parmi les troupes. A côté des petits gentilshommes, l'armée royale assure la promotion de vaillants roturiers. Gassion, Maréchal de France et Tréville, tous deux fils de marchands d'Oloron, en sont l'illustration. Les apprentis guerriers gascons trouvent, dans le régiment des Gardes françaises notamment, une authentique école militaire dont ils ont l'usage presque exclusif. Au début au moins, sur dix compagnies, huit sont commandées par des capitaines gascons. De même, au fur et à mesure que se mettent en place les régiments, comme unité qui compte dans l'armée, ceux-ci portent, le nom de leur titulaire, et le plus souvent celui d'une maison gasconne. Sous le règne de Louis XIII, la formation de la Compagnie des Mousquetaires du roi constitue, également, un nouveau pôle d'attraction pour les jeunes gentilshommes désireux d'apprendre, dans cette troupe d'élite, à la fois le métier de soldat et les devoirs de l'homme de cour.

--Mousqueterre noirMousquetairesgarde du roi en 1814 16ad702d8425de1f44c1b58b54202306b

Ainsi, on peut légitimement soutenir qu'il existe une sorte de mafia gasconne qui confisque largement les gouvernements ou les lieutenances dans les provinces, les commandements militaires comme les charges de cours ou les offices royaux. » Véronique Larcade

Mousquetaires du roi

Après la disparition des mousquetaires la croix blanche n’a plus été utilisée par nos armées.

 Je pense que la croix blanche a amplement mérité sa place sur notre drapeau Gascon. A mon sens son utilisation ancre réellement le drapeau ainsi constitué, dans l’histoire du peuple gascon, lui apportant une réalité historique qui, à la base, lui manque cruellement puisque il n’a jamais été arboré devant des troupes. De plus son utilisation apporte un autre avantage celui de se rapprocher graphiquement de drapeau basque, non pas pour le copier mais pour signifier nos racines géographiques et historiques communes.

D gascon2 1

Drapeau 60x90 n6

Merci d’avoir lu mon travail de recherche.  

LES CAPITALES DE LA GASCOGNE

LES CAPITALES DE LA GASCOGNE (première partie)

Par Guilhem Pepin

Qu’elles-furent les capitales successives de la Gascogne ?

Tout d’abord ce fut Eauze (en latin Elusa), une ville de l’Armagnac et de l’actuel département du Gers, qui fut la capitale de la province romaine de Novempopulanie (« la province des Neuf Peuples ») à partir de la création de cette dernière au début du IIIe siècle. Avec l’établissement de la religion chrétienne, elle devint le siège métropolitain de la province et fut donc la résidence des archevêques d’Eauze. Peu de choses subsistent de nos jours de cette époque faste à Eauze : on a retrouvé des stèles gravées romaines et surtout, en 1985, le trésor romain d’Eauze. http://www.elusa.fr/musee-d-archeologie-d-eauze

18491751 10102086545303649 8831905597053406172 o

La ville d’Eauze fut détruite par les Normands ou Vikings au cours du IXe siècle et elle ne s’en releva véritablement jamais, si bien que le siège métropolitain fut transféré à Auch en 879 (l’évêque d’Auch devenant archevêque). Auch devint donc la capitale religieuse de la Gascogne (en latin Wasconia) et le resta jusqu’en 1802.

La capitale politique du duché de Wasconia (la Gascogne) était au IXe siècle, selon un géographe arabe contemporain, la ville de Dax (1). Des deniers furent frappés à Dax au nom de l’empereur Louis le Pieux (814-840), fils de Charlemagne, avec le nom de la ville sous cette forme : Aquis Vasconie, « Aix de Gascogne » (Ax ou Acs en gascon), pour la différencier des autres Aix de l’empire carolingien (Aix-la-Chapelle ou encore Aix-en-Provence). Le nom actuel de Dax provient de la fusion entre l’article défini (d’) et le nom de la ville (Ax). Cette ville a probablement perdu son rang à cause des ravages causés par les Normands ou Vikings au cours de ce même siècle. Il est à souligner qu’au XIIIe siècle la cour judiciaire de Dax concernait l’ensemble de la Gascogne sous autorité du roi d’Angleterre (y compris le Béarn), ce qui pourrait être une trace de cet ancien rôle.

Les invasions normandes (ou vikings) avaient désorganisé l’ensemble de la Gascogne occidentale. Il fallut que le duc-comte des Gascons Guilhem-Sans les battent à la bataille de Taller dans les Landes pour que la Gascogne soit libérée de ce fléau. En remerciement de cette victoire, Guilhem-Sans fonda l’abbaye de Saint-Sever en 988. Ce dernier et ses deux fils résidaient au palais voisin du Palestrion qui devint ensuite le château de Monlanne (déformé en Morlanne par la suite). On s’aperçoit clairement de l’importance de l’abbaye et du palais de Saint-Sever sur la mappemonde du célèbre Beatus de Saint-Sever. Elle fut de facto la capitale du duché-comté de Gascogne jusqu’en 1032 voire même après, et elle en garda le surnom de « caput Vasconie », (capitale de la Gascogne, première mention dans un acte de 1209) (2), encore employé de nos jours (cap de Gascogne). La thèse selon laquelle « cap de Gascogne » signifierait que cette ville gasconne est sur une éminence surplombant la frontière du Béarn (situé à 30 km tout de même !) n’est pas soutenable.

Tresor eause oTresor eausenDaxo

(1) Clémens, J., « Dax, capitale de la Gascogne au IXe siècle selon Al-Himyari », Bulletin de la Société de Borda, 385 (1982), p 17-34.
(2) Chartes et documents hagiographiques de l’abbaye de Saint-Sever (Landes) (988-1359), Texte édité, traduit et annoté par Georges Pon et Jean Cabanot, tome I, Dax, 2010, p 382 : « ab abbate Sancti Severi, capitis Vasconie » (1209).

Une petite image galante.

Une petite image galante !!


Savoir porter haut ses couleurs.

Chevalier au drapeau

Portraits de Gascogne

Portraits de Gascogne

Les paysages marquent nos personnalités et façonnent nos êtres.

Portrait8

Portraits7 1--Portraits2 1

Portraits6--Portrait gascon

Portrait--Portraits31

Chevalier Gascon

 

 

Chevalier Gascon

Hètz Beròi

Faites Beau

Chevalier 3